Le dictateur Francisco Franco bientôt exhumé du Valle de los Caídos

Vendredi 24 août 2018 le gouvernement espagnol a approuvé en Conseil des Ministres le Décret Royal qui permet de débuter le processus qui doit conduire à l’exhumation du dictateur Francisco Franco du Valle de los Caídos.

43 ans après la mort du dictateur, le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez a donc décidé de donner suite à la résolution approuvée le 18 mai 2017 par le Congrès des Députés espagnol avec 198 votes pour (et 140 abstentions). Cette résolution demandait au gouvernement alors dirigé par Mariano Rajoy de modifier la loi de mémoire historique afin de permettre d’exhumer le dictateur Franco du mausolée où il fut enterré à sa mort en 1975.

En approuvant ce décret-royal, qui doit encore être soumis à un vote au congrès, où la majorité simple suffira à valider le décret, le gouvernement a annoncé que son intention était que le processus d’exhumation soit achevé au plus tard à la fin de l’année 2018. La famille a quant à elle notifié qu’elle s’oppose à cette exhumation et usera de tous les recours légaux. Le décret ne précise cependant pas ce que deviendra le Valle de los Caídos après l’exhumation. Un rapport d’un comité d’experts rendu en 2011 préconisait d’en faire un lieu de mémoire nationale en hommage aux morts de la guerre civile et de la dictature.

El Valle de los Caídos est une basilique construite entre 1940 et 1958 à flanc de montagne dans la ville de San Lorenzo de El Escorial, à proximité de Madrid. Elle est surplombée par une croix haute de 150 mètres et visible à plus de 40km à la ronde. Il a été construit à la demande du dictateur dès 1939 afin de rendre hommage aux « héros et martyrs de la Croisade », terme désignant les combattants nationalistes morts pendant la guerre civile. Tous les 20 novembre des nostalgiques du franquisme se réunissent dans ce lieu pour rendre hommage au dictateur, et à José Antonio Primo de Rivera, fondateur de la Phalange espagnole, enterré dans la basilique lui aussi.

Le régime a employé des milliers de prisonniers politiques républicains dans les travaux de construction de la basilique. A partir de 1958 le gouvernement franquiste décida d’en faire un mausolée pour l’ensemble des morts pendant la guerre. D’après les chiffres officiels il y a en tout 33.847 combattants, nationalistes et républicains, inhumés dans la basilique.

Nous vous suggérons également...