Les impôts en Espagne, mode d’emploi.

Les impôts en Espagne, comment ça marche ?

Commençons par le commencement en vous indiquant ceci : l’impôt sur le revenu s’appelle ici l’IRPF (Impuesto sobre la Renta de la Personas Físicas) et est géré par La Agencia Tributaria.

Agencia Tributaria

Rassurez-vous, la déclaration est normalement beaucoup moins traumatisante qu’en France. En effet, en Espagne, les impôts sont prélevés à la source. Qu’est-ce que ça veut dire ? Que si vous regardez de près votre fiche de paie, une ligne, parmi les choses qui vous sont imputées, correspond à l’IRPF. Vous avez en fait payé vos impôts tout au long de l’année, vous évitant de devoir débourser un mois de salaire juste avant les vacances d’été !

Ainsi, lors de la déclaration d’impôts, La Agencia Tributaria ne fait que vérifier combien vous avez payé d’impôts, combien vous deviez effectivement payer et calcule la différence. Sauf mauvaise surprise (mauvais taux de rétention appliqué), vous ne paierez rien ou peu. Et en cas d’excédent, on vous rend même de l’argent ! N’est-ce pas merveilleux ?

Qui paie ou non des impôts ?

En Espagne comme en France, tout le monde ne paie pas d’impôts. Ainsi, vous n’êtes pas obligé de présenter votre déclaration dans les cas suivants :

  • avoir gagné moins de 22 000 € (20 000 au Pays Basque) au cours de l’année en ayant eu un unique employeur (le chômage est considéré comme un employeur)

  • avoir gagné moins de 12 000 € en ayant eu plusieurs employeurs, sauf si la somme perçue à partir du 2ème employeur est inférieure à 1 500 €.

Consulter l’ensemble des cas.

Quel taux d’IRPF pour moi ?

Je vous conseille l’application Payroll Spain, simulateur des revenus nets par mois et du taux d’IRPF qui vous incombe selon votre brut, nombre de paies etc.
Si le résultat est par exemple 15,28%, libre à vous de demander que l’on vous retienne plus ou moins (certains préféreront être tranquilles et  demanderont un 15.5 ou 16% pour être sûrs de ne pas avoir à payer en mai).

C’est en effet normalement vous qui communiquez aux Ressources Humaines de votre entreprise quel taux vous souhaitez appliquer. La personne en charge vous orientera en vous indiquant le pourcentage normalement utilisé pour votre niveau de salaire.

NB : attention aux premiers emplois ou aux contrats signés en fin d’années ! Si vous ne communiquez pas dès votre arrivée le taux souhaité, l’entreprise utilisera par défaut un pourcentage d’IRPF de 2%, même si vous êtes en CDI.

Pourquoi ? Car l’entreprise ne sait pas ce que vous avez gagné avant et calcule selon ce qui reste de l’année en cours.
Certains employeurs on aussi recours à cette méthode pour vous « allécher » lors des premiers moi et vous montrer Ô combien vous gagnez (expérience vécue :p).

Il ne vous restera plus qu’à faire votre déclaration d’impôts !

 

 

Nous vous suggérons également...